Contact

Les Animaux Fantastiques la fantastique poste par hiboux

Une nouvelle saga cinématographique commence dans l’univers d’Harry Potter avec la sortie du premier volet de Les Animaux Fantastiques. C’est l’occasion de se replonger dans le bestiaire de ce monde. Nous le découvrons tout le long des films de la première saga et encore plus dans cette nouvelle saga. Si ce bestiaire est basé essentiellement sur le bestiaire mythique occidental (dragon, centaures…), certains animaux sont plus originaux (elfes de maisons…). Certains scientifiques se sont intéressés à ces éléments de l’univers de J.K. Rowling. Des étudiants de physique de l’Université de Leicester (Royaume-Uni) se sont intéressés au système postal des sorciers. Ce dernier repose sur le transport et la livraison des lettres et des colis par des hiboux (de différentes espèces). A deux reprises, Harry reçoit un balais (volant) par une livraison via hiboux. Mais est-il possible pour des hiboux normaux de transporter des colis de quelques kilos, en particulier un balais ?

Un animal fantastique (Copyright Warner Bros France)
Un animal fantastique (Copyright Warner Bros France)

Comme toujours pour l’étude d’un mouvement, il faut faire le tour des forces qui s’exerce sur l’oiseau pour pouvoir définir celles qu’il doit fournir pour avancer.

Total des forces s'exerçant sur l'aile du hiboux lorsqu'il vole à l'horizontal. Avec W le poids, L la portance, D la traînée et T la poussée (Fogg et al. 2015)
Total des forces s’exerçant sur l’aile du hiboux lorsqu’il vole à l’horizontal. Avec W le poids, L la portance, D la traînée et T la poussée (Fogg et al. 2015)

Il y a tout d’abord le poids qui résulte de la somme de la masse de l’oiseau et de celle du colis. Pour la masse du hiboux, on prend le poids d’un harfang des neiges (le type de chouette d’Harry qui lui livre souvent ses colis). Ce type d’animaux ont une masse entre 1,6 kg et 3 kg qui sera noté \(m_H=2{,}2kg \pm 0,7kg\). Puis, il faut déterminer la masse du balais. Les auteurs ont pris l’exemple du Nimbus 2000 qui est le premier balais reçu par Harry. Ce balais est fait de bois d’acajou et est simplifié en un simple cylindre uniforme. En prenant les dimensions classique d’un balais soit une longueur \(l\) de \(1{,}5m \pm 0{,}2m\) et d’un diamètre de rayon \(r\) de \(3cm \pm 1cm\). Pour obtenir le volume :

\[V= \pi r^2 \times l\]

\[V= 4{,}24×10^{-3}m^3\pm2{,}06×10^{-3}m^3\]

A partir du volume, avec la densité de l’acajou (\(\rho=0{,}675t.m^{-1}\)), il possible d’obtenir la masse (\(m_B\)) puis le poids du balais (\( \vec W_B\)) avec une force de gravitation (\( \vec g = 9{,}81m.s^{-2}\)).

\[m_B=V \times \rho_a = 2{,}835kg \pm1{,}57kg\]

\[\vec W_B= m_B \times \vec g = 27{,}81N \pm15{,}4N\]

\[\vec W_T = \vec W_B + \vec W_H = 49{,}39N \pm 22{,}27N\]

Maintenant que nous connaissons le poids total que les ailes de l’oiseau doit porter. Il faut calculer la portance. Pour simplifier les calculs, nous considérons la vitesse de l’oiseau constante et qu’il vole à l’horizontal. De fait la somme des forces est alors nulle. La traînée est compensée par la poussée et la portance doit alors simplement compenser le poids pour permettre à l’oiseau de rester en l’air. La portance \(\vec L\) est calculée suivant l’équation suivante

\[\vec L = \frac{c_L\rho v^2 A}{2} \]

avec \(c_L\) le coefficient de portance

\(\rho\) la densité de l’air de \( 1{,}204kg.m^{-3}\) ,

\(v\) la vitesse de la chouette de \( 11m.s^{-1} \),

et \(A\) la surface des ailes de \( 0.2576m^2 \)

Avec les données déjà connue, il est possible de trouver le coefficient de portance.

\[c_L=\frac{2 \vec W}{\rho A v^2}\]

\[c_L=2{,}63 \pm 1{,}19 \]

Un tel coefficient est celui d’un jet militaire. Même si la marge basse des calcul donne un coefficient entre 1 et 2, cela reste important, surtout pour une situation de vol. Cela indique un objet très aérodynamique, ce qui n’est pas le cas d’une chouette tenant un balais dans ses pattes. La physique seule ne pouvant pas expliquer la possibilité d’un service de transport de colis par hiboux, il est probable que ce service repose sur la magie, soit pour alléger le poids des colis soit pour augmenter le coefficient de portance des oiseaux soit une combinaison des deux. De toute façon, Pottermore nous indique que les hiboux postaux sont des animaux magiques. Ils ont, en particulier, la capacité d’associer un nom à un.e sorcier.ère pour pouvoir le.a retrouver où qu’elle.il soit.

Cette scène n'est possible que grâce à la magie (du cinéma)
Cette scène n’est possible que grâce à la magie (du cinéma)

Si la question du transport par oiseaux vous intéresse, d’autres étudiants se sont penchés sur le transport de noix de coco par hirondelles.

Pour revenir sur le nouveau film Les Animaux Fantastiques, c’est une réussite. Si en tant que Potterhead, je ne suis pas toujours totalement objective, mon compagnon de visionnage n’est pas du tout au fait de l’univers de JK Rowling mais à très largement apprécier sa séance. Si le film nous replonge bien dans cet univers fantastique, il réussi à en donner une nouvelle facette plus adulte. Newt/Norbert est un très bon personnage de chercheur/aventurier qui est bien plus à la recherche de données et de spécimen que d’aventure et de danger. Le seul point faible, pour moi, est le scénario et en particulier son rythme et son équilibre. Le film se doit d’être une histoire complète et en même temps une introduction à la nouvelle quintologie. Et cette introduction est trop rapidement mise en place pour donner l’ampleur du danger du “grand méchant”. En connaissant bien l’univers, c’est moins prononcer mais pour les néophytes, c’est trop peu. Néanmoins ce fils rouge des films à venir est trop présent dans l’histoire pour être un simple clin d’œil/menace à venir. Ce point sera à voir une fois la saga totalement sortie.

Pas tout compris ? Tu as des remarques ? Une erreur s’est glissée dans le texte ? N’hésite pas à laisser un commentaire, j’y répondrais avec plaisir.

Source

A. R. Fogg, A. L. Bentley, L. J. Holdsworth, E. I. Spender (2015) P1_2 Owl Post. Physics Special Topics vol 14(1)

Les Animaux Fantastique (Fantastic Beasts and Where to Find Them), 2016
Réalisé par David Yates
Avec Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler…
Long-métrage anglo-américain
Durée : 02h13min

Note perso :


La note des lecteurs :
Pas encore de notation

La bande annonce VF

Enregistrer

Enregistrer

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *