22 novembre 2013 Ln Arnal 3Comment
Cet article est le 1 e de 7 dans la série Orphan Black
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Cette semaine a commencé la diffusion de la série Orphan Black sur Numéro 23 (la chaine de la TNT) le mercredi en deuxième partie de soirée. Elle est également visible sur le site de la chaine en replay en VF ou VOST selon votre préférence (la VF est très correcte). Il s’agit de la meilleure série de Science-fiction de l’année. Et comme toute œuvre de SF, elle pose des questions scientifiques.

La série commence lorsque Sarah assiste au suicide d’une jeune femme lui ressemblant trait pour trait. Étant une orpheline et en fuite, Sarah décide de prendre l’identité de la suicidée, Beth. Comment se fait-il qu’elles aient le même visage ? Beth est-elle la sœur jumelle de Sarah?

Sarah © BBC (British Broadcasting Corporation)
Sarah © BBC (British Broadcasting Corporation)

Si le visage humain est très variable, on sait depuis longtemps que sa forme est liée à la génétique. En effet, des traits de familles se passent de générations en générations et rien ne se ressemble plus que deux vrais jumeaux. Mais jusqu’au mois dernier, seulement quelques gènes étaient connus pour leur rôle dans le façonnement du visage ce qui contrastait avec la variabilité qui existe. En effet, un article publié dans Science fin octobre propose une solution, la présence d’un grand nombre d’amplificateur de transcription. Ces derniers sont des régions de l’ADN qui agissent sur l’activité des gènes en l’augmentant ou en la diminuant. Ces régions sont souvent assez loin du gène sur lequel elles agissent et se retrouve dans ce qu’on appelait l’ADN poubelle car on ne connaissait ou ne connait pas le rôle dans le génome.

Une équipe du laboratoire national Lawrence Berkeley (LNLB) aux Etats-Unis ont travaillés sur des embryons de souris et ont découvert plus de 200 amplificateurs impliqués dans la formation du visage. Plus de la moitié de ceux-ci se retrouve chez l’humain. Ils ont ensuite créé différentes lignées de souris où l’un de ces amplificateurs était supprimé. Puis ils ont comparé les visages de ces lignées par rapport aux souris normales et ont détecté de différences à plusieurs endroit. Il y avait ainsi des différences dans la longueur et la largeur du crâne.

Néanmoins aucune de ces suppressions n’a entrainé de malformations. Mais cela ouvre de nouvelles pistes de recherche sur les bases génétiques de ces malformations qui pourraient être dû à une interaction entre les gènes et leurs amplificateurs. Même s’il reste des nombreuses choses à découvrir sur la formation du visage, cette découverte met en avant un rôle important des amplificateurs des gènes liés au visage.

Face à ce nombre important d’éléments génétique impliqués dans la formation du visage, si vous croisez votre sosie parfait, vous devez surement partager de grand pan de votre génome avec cette personne. C’est en effet le cas de Sarah qui découvre qu’elle est une clone parmi d’autres tel que Beth.

La série Orphan Black pose également la question de ce qui est inné (comme le visage) et ce qui est acquis (comme la personnalité). Sur cette question, je vous invite à (re)lire mon article autour de ce que l’on hérite de nos parents.

Je vous donne rendez-vous dans quelques semaines pour un prochain article autour de cette série remarquable.

Logarithme népérien

Pour aller plus loin :
La page de la série sur le site de Numéro 23
5 bonnes raisons de regarder cette série
L’étude présentée sur Slate
L’étude présentée sur Le quotidien du médecin (demande quelques bases en biologie)

Note perso :

Ultra méga cool
Ultra méga cool

Orphan Black, 2013 (en production)
Créée par Graeme Manson, John Fawcett
Avec Tatiana Maslany, Dylan Bruce, Jordan Gavaris plus
Nationalité Américaine, canadienne (BBC America)
Format 42 minutes

La bande annonce en VOSTF

Split Track – Orphan Black – Tous les mercredis… par numero23

Enregistrer

Enregistrer

3 thoughts on “Derière le visage

  1. Cela veut dire que notre ADN est le résultat d’un code réfléchi comme un code informatique… Il y aurait donc un programmeur ? Comme a dit Voltaire “L’univers m’embarrasse, et je ne puis songer que cette horloge existe et n’ait pas d’horloger”. Nous ne devons pas oublier que nous sommes des créatures et qu’il y a un créateur qui nous aime.

    1. Vous sous-estimez le hasard. Après si vous voulez l’appeler Dieu ou tartenpion, ça ne regarde que vous. Cela ne relevant pas de la science merci de ne pas en parler sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.