Contact

Genius (saison 1) : le cas Mileva Marić

Cet article est le 8 de 9 dans la série La vie des scientifiques sur (grand) écran

Diffusé tous les lundi soir sur National Geographic en France, la série Genius propose dans sa première saison de s’intéresser à la vie d’Albert Einstein. C’est l’occasion d’en savoir plus sur sa vie et d’aller au delà de sa photo où il tire la langue et de l’équation e=mc2. Le second épisode, diffusé le 1er mai, s’intéresse à Mileva Marić (Samantha Colley), sa première femme et à sa difficulté d’accéder aux études scientifiques en tant que femme. Souvent méconnue, sa vie montre bien les difficultés pour les femmes d’accéder au monde académique.

La jeune Mileva Marić
La jeune Mileva Marić (Mikki Hahn) observe la diffraction de la lumière © National Geographic Channel

Mileva Marić nait le 19 décembre 1875 à Titel dans ce qui est alors l’Autriche-Hongrie et maintenant en Serbie. Elle commence ses études secondaires au lycée pour fille de Novi Sad pendant 2 ans avant d’entrer en 1888 au lycée de Mitrovica. Cette école était dotée de laboratoire de chimie et de physiques. C’est là que Marić développe son intérêt pour les mathématiques et la physique. Elle termine cette école en 1890 avec d’excellentes notes en mathématiques et en physique. En 1891, elle intègre l’école royale d’Agram qui est une école pour garçons. Pour cela, son père doit demander une autorisation spéciale. Elle finit cette école avec les meilleures notes en physiques et en mathématiques. En 1894, elle tombe malade et part en Suisse et en novembre entre au lycée pour filles de Zurich. Elle passe et obtient sa maturité (examen équivalent au bac) en 1896.

Mileva Marić suit les cours de l’École Polytechnique de Zurich en 1896. Seule femme de sa classe (de 6), elle rencontre Albert Einstein. Outres les cours, ils partagent d’abord une passion pour la physique et la musique avant de partager une passion amoureuse. La famille Einstein voit cette relation d’un mauvais œil car Mileva est serbe (non allemande), orthodoxe (non juive) et boite. Au début de ses études, Mileva Marić est brillante. Durant un semestre Mileva quitte Zurich pour Heidelberg pour approfondir ses connaissances en mathématiques et leurs applications en physique. Elle correspond souvent avec Albert et ils discutent de physique et d’amour. Mais au fils des ans, Mileva a plus de mal à avoir le niveau. En 1900, elle tente une première fois les examens finaux qu’elles ratent. Elle les retente en 1901 mais les rate encore.

Mileva Marić attendant le début du cours
Mileva Marić (Samantha Colley) à son pupitre, attendant le début du cours © National Geographic Channel

Cette fois-ci, elle abandonne ses études. Elle est enceinte d’Albert mais pas mariée. Elle retourne en Serbie chez ses parents et accouche d’une petite fille Lieserl en 1902. La même année Albert obtient un poste au Bureau des Brevets de Berne. Avec cette position, Albert et Mileva peuvent enfin se marier malgré l’opposition des parents d’Albert. Ce sera fait en  janvier 1903. La même année Lieserl disparait des traces historique soit elle meurt de la scarlatine durant l’été (sa dernière mention dans la correspondance du couple indique qu’elle est malade) soit elle est adoptée. En 1904, Mileva accouche du premier fils du couple Hans Albert. Leur deuxième fils naîtra Eduard en 1910.

La carrière d’Albert explose en 1905, année où il publie 5 articles dont celui sur la relativité restreinte. Le couple se sépare en 1914 et le divorce est prononcé en 1919 après les 5 années de séparation nécessaire. Il faut dire que depuis 1912, Albert s’est rapproché de sa cousine Elsa Einstein qu’il épousera juste après le divorce. Mileva ne se remariera pas, garde les enfants. Elle recevra l’argent du Prix Nobel que reçoit Albert en 1921 pour l’éducation des garçons. Elle l’investira dans l’immobilier en achetant 3 maisons. Elle gagne aussi de l’argent en donnant des leçons particulières de mathématiques et de musique. A partir de 1930, Eduard souffre de schizophrénie et régulièrement hospitaliser obligeant sa mère à vendre 2 de ses maisons pour payer les frais. Elle meurt en 1948 après une dépression.

Mileva Marić en 1896
Mileva Marić en 1896

En 1969, une physicienne et mathématicienne serbe, Desanka Trbuhovic-Gjuric, publie une biographie de Mileva Maric. Tout d’abord, il passe inaperçu puis est traduit en allemand en 1983. Le livre repose sur des interviews de proches et des écrits comme des lettres, des journaux… Trbuhovic-Gjuric indique dans cette biographie que ce serait Mileva qui aurait fait les calculs mathématiques derrière 3 des articles d’Einstein de 1905, en particuliers celui sur la relativité restreinte.

Même s’il semble indéniable que jusqu’à la fin de leurs études en 1900-1901, Einstein et Marić travaillèrent ensemble, cette thèse est remise en cause du fait de la faiblesse des preuves historiques. D’autre part le fait que l’auteure soit une femme serbe fait peser un doute de nationalisme et de féminisme dans ses propos. Mais aussi par les faibles note de Marić à ses examens finaux en mathématiques, probablement la raison de son échec pour obtenir son diplôme. Bien que sa situation personnelle lors de sa deuxième tentative (enceinte et non-mariée) puisse plaider en sa faveur. De plus l’absence de publication d’articles scientifique avant et après son mariage est aussi mise en avant, mais encore la difficulté de l’accès à la carrière scientifique pour les femmes à l’époque ainsi que sur sa nécessité de travailler et de nourrir ses enfants peuvent également l’expliquer.

La série Genius met bien en avant dans son deuxième épisode la difficulté pour Mileva Maric d’accéder à des études supérieure en mathématiques et en physiques malgré ses aptitudes. Elle montre également la collaboration entre Mileva et Albert qui finit par être défavorable pour elle. De côté réalisation, la série est très belle et propose de belle reconstitution mais reste très convenue. Le premier épisode oscille entre deux époques avec chacune un acteur pour jouer Albert jeune (Johnny Flynn) et vieux (Geoffrey Rush). Cela rend le récit un peu complexe à suivre. De plus la relation entre ces deux épisodes de la vie d’Albert n’est pas évidente donnant un côté artificiel à cette pratique. Le deuxième épisode est plus linéaire et se concentre sur le personnage de Mileva. Enfin, la série donne des explications simple aux problèmes scientifiques qui occupe Albert (et Mileva) avec un discours imagé supporté par la réalisation, comme ici (la vidéo est en anglais, des sous-titres anglais sont disponible). La série est prometteuse d’un point de vue de la vulgarisation des travaux d’Albert Einstein.

A noter que la série est déjà renouveler pour deuxième saison qui devrait s’intéresser à un.e autre génie qui sera dévoilé dans le dernier épisode de la saison 1.

Pas tout compris ? Tu as des remarques ? Une erreur s’est glissée dans le texte ? N’hésite pas à laisser un commentaire, j’y répondrais avec plaisir.

Pour aller plus loin :

La vie oubliée de la femme d’Einstein article de blog par Pauline Gagnon (physicienne)

Troemel-Ploetz, S. (1990). Mileva Einstein-Marić: The Woman Who Did Einstein’s Mathematics. Women’s Studies International Forum, Vol. 13, No. 5, p. 415-432

Martínez, A. A. (2005). Handling Evidence in History: The Case of Einstein’s Wife. School Science Review, March 2005, 86 (316), pp. 49-56

Note perso (sur les deux premiers épisodes) :


La note des lecteurs :
Pas encore de notation

Genius, 2017 (en production)
Créée par Brian Grazer, Ron Howard
Avec Geoffrey Rush, Emily Watson, Johnny Flynn…
Nationalité Américaine (National Geographic)
Format 50 minutes

La bande annonce en vostf :

Enregistrer

Series Navigation<< Agora : rapide historique des femmes en scienceLes figures de l’ombre et la place des femmes en science >>
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *