Contact

La représentation des femmes scientifiques dans les séries TV

Cet article est le 2 de 10 dans la série Les sciences vues par les écrans

Les femmes sont sous-représentées dans les domaines STEM (science, technologie, ingénierie et mathématique). L’un des principaux problèmes est le manque d’étudiantes dans ces domaines. Cela provient, entre autre, du manque de représentation des femmes dans ces métiers. Les jeunes filles ne se projettent alors pas ou peu sans avoir des modèles féminins.

De plus en plus d’actions travaillent sur ce manque de modèles en mettant en avant les femmes chercheuses ou ingénieures. Mais les fictions ont un rôle également à jouer dans cette visibilité et en particulier les fictions télévisuelles. On se souviendra par exemple de l’augmentation du nombre d’étudiants en médecine à la suite de la diffusion de la série ER (Urgence). Dans les films, il y a de plus en plus de femmes chercheuses et leur proportion est semblable à la réalité. Mais dans les séries TV, qu’en est-il ? Y a-t-il des modèles positifs de femmes travaillant dans les domaines STEM ?

Cosima travaillant sur le génome des clones © BBC (British Broadcasting Corporation)
Cosima travaillant sur le génome des clones © BBC (British Broadcasting Corporation)

La franchise de séries CSI (Les experts) a permis de présenter de nombreux personnages travaillant dans les domaines STEM dont des femmes. La présence de plusieurs femmes au sein des équipes de police scientifique est tant par un souci de réalisme que pour permettre plus facilement des histoires personnelles entre les personnages. Mais cela permet également de présenter de personnages avec des personnalités diverses, loin d’une représentation unique de ce qu’est/doit être la femme travaillant dans les domaines STEM. Si dans les équipes, la parité est presque atteinte, les supérieurs/héros restent des hommes. Au contraire, la série Bones présente un groupe de scientifiques dirigé par une femme Dr Brennan qui est l’héroïne de la série. De plus, dès la seconde série, le supérieur hiérarchique de l’équipe est également une femme. Elle montre ainsi qu’une femme peut faire de la recherche comme chercheur mais également évoluée vers des postes d’encadrement. Enfin, elle est également la seule à présenter des femmes scientifiques d’origines ethniques variées avec des actrices métisses. La série propose donc des femmes scientifiques non blanches et dirigeantes.

Cette multiplication de personnages féminins dans des carrières STEM permet de présenter une multitude de profils assez variés et même dans les séries où les questions scientifiques sont moins en premier plan. Par exemple, dans NCIS avec l’exubérante et gothique Abby ou le capitaine Samantha Carter, pilote de chasse et docteur en astrophysique dans Stargate SG1 (La porte des étoiles) sans oublier Amy et Bernadette dans The Big Bang Theory. Dans les séries actuelles autour des supers héros (Arrow et Marvel’s Agents of S.H.I.EL.D.), la majorité des personnages aidant l’action des héros par la science et la technologie sont des femmes. Si, encore une fois, cela permet de montrer des femmes activent et compétente dans les domaines STEM, on peut mettre un bémol car elles contrebalancent le côté masculins des héros. Elles permettent d’avoir à la fois un personnage scientifique amenant des informations et un personnage féminin, deux rôles habituellement passifs et secondaires. Cela permet d’avoir un unique personnage reprenant les deux rôles.

Dans les séries de science-fiction, on a par contre très peu de femmes dans le milieu STEM. Il y a Nina Sharp dans Fringe qui a un passé de chercheuse mais est présente plus comme dirigeante d’une entreprise de technologie. Il y a également Cosima Niehaus et Delphine Cormier dans Orphan Black. Toute deux sont de jeunes chercheuses en génétique évolutive du développement (une branche de la biologie). Si cette spécialité leur permet d’avoir les connaissances nécessaires pour expliquer les ressorts scientifiques de l’histoire sans pour autant être irréaliste vis à vis des connaissances et des compétences réelles des jeunes chercheurs. Il est dommage qu’on ne trouve pas plus de femmes scientifiques dans les séries de science-fiction. En effet, c’est un genre souvent apprécié des jeunes ayant déjà un intérêt dans les sciences et donc ceux s’intéressant le plus à des études et à une carrière dans les domaines STEM.

De façon générale, la représentation des femmes scientifiques dans les séries grand-public est assez proche de la réalité. Les femmes scientifiques sont plutôt jeunes et peu présentes dans les postes d’encadrement. Néanmoins la présence de ces personnages permet aux jeunes filles de se projeter dans ces secteurs professionnel et à combattre le préjuger qui fait de ces métiers, des professions masculines.

Cet article a été précédemment publié sur l’Agence Science Presse.

Series Navigation<< Une vision positiviste de la Science et des scientifiquesLe maléfique financement privé de la recherche dans les films et les séries >>
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *